Juillet

 

_____ _____


Afin de faciliter la lecture, le page est présentée en chronologie inverse, les dernières nouvelles étant en début de page.

le 30 juillet Bodrum

Une belle arrivée. Le port est superbe, dominé par un superbe chateau et entouré de beaux Gulets. Autant les côtes nord, bien protégées du meltem sont quelque peu massacrées et si les coins paradisiaques existent, il faut les chercher, autant cette partie semble prometteuse. Pour le moment, visites à terre.

Le 28 juillet

En attendant la marée!!!

Turquie, Nord de Bodrum

Des criques, de belles provisions de bouches. La météo est encore vigoureuse mais nous commençons à l'apprivoiser. La Turquie est tout de même mieux protégée que les îles grecques mais les après midi sont souvent hargneux.

Malheureusement cette partie est doublement massacrée.
1. sur terre, les Villages de "Vacances": une incroyable quantité de verrues concentrationnaires qui s'accrochent à flancs de montagne, à perte de vue. Elles sont totalement inhabitées. Quels capitaux se réfugient derrière ces cubes de béton? Qui a osé donné ces autorisations de construire? 

2. Sur mer, les Fish Farm envahissent strictement toutes les zones abritées, rejetant une vase qui trouble l'eau en modifiant son équilibre écologique. Il faut bien que la Turquie se nourrisse et la voile n'est pas leur secteur prioritaire. Mais ces rejets ne doivent pas être si innofensifs qu'on le dit... 

En dehors de ces regrets, de bons moments: Un cheval qui fait trois fois le tour de la crique, tiré par le bateau de son maître. Et cette dame qui sort son pain du four et nous en donne un morceau. Elle représente toute la gentillesse des turcs et leur qualité d'accueil. Achat à un pêcheur de magnifiques crevettes et de rougets. Un régal! Demain, nous allons contourner la péninsule pour aller à Bodrum en marina recharger les batteries (du bateau) et visiter l'intérieur du pays.

Le 21 juillet

Turquie

Depuis le 18, nous sommes de nouveau en Turquie et nous avons piqué vers une zone que nous supposons ... et espérons être un peu abritée des vents. La météo à 5 jours que nous recevons de Hambourg par radio, décodée par l'ordinateur, est très pessimiste, confirmée, jour après jour, par les Gale Warning grecs et turcs affichés sur le Navtex. Des vents de force 8 balayent toute la Mer Egée. Et pas d'amélioration prévue. Nous croisons les doigts à tel point que nous en avons des courbatures. Monsieur Meltem semble avoir oublié cette baie profonde de 2 milles de long. 

Nous nous faisons tout petits, le bateau fixé par ses deux ancres et ficelé à la pinède, non pas dans la crique mais à une de ses pointes, là où le vent ne sait trop où aller. Devinez son nom ? PARADISE BAY. Tout un programme ! Elle est un peu envahie par des fermes marines mais les ouvriers sont très sympathiques, pas du tout collants, ni quémandeurs.

L'eau est à plus de 26° et nous n'avons jamais vu encore autant de poissons. Nous avons même pêché un barracuda et acheté un splendide loup sauvage. Et, tenez-vous bien, nous avons découvert des huîres perlières, oui, des vraies. Martine a trouvé à l'intérieur plein de petites perles dont deux belles. Je pense même en avoir croqué une !!! 3 douzaines d'huîtres au menu ! Nous en gardons dans notre sac à oursins devenu vivier et pendu dans l'eau. Elle a aussi trouvé un coquillage dont l'opercule est un petit bijou : un Oeil de Sainte Lucie qui, dit-on, soigne les yeux. 

Il est tout aussi impressionnant de ramasser des oursins accrochés à des débris d'amphores. Il est clair que les romains étaient aussi sagoins que nous et jetaient leurs amphores cassées dans l'eau.

Le Paradis existe-t-il ? Oui, certainement là, si les Cumulonimbus qui montent en ce moment dans le ciel se dispersent miraculeusement, si Monsieur Meltem ne se souvient pas que cette baie existe dans son territoire. et si les fish farm nous laissent un peu de place et d'eau claire.

16 juillet

PATMOS

Une ballade en scooter (un Peugeot) nous fait découvrir une île pleine de charme.

C'st l’île de l’Apocalypse (pas la fin du monde mais la révélation). Saint Jean y a reçu le "Logos Divin" (autrement dit: la Parole de Dieu). Notre bateau en est très fier !!!)
- Une âme et un caractère
- Une atmosphère religieuse profonde mais pas pesante
- Des coups d’œil extraordinaires sur les découpes de l’île et sur les superbes abris.
- Le Fort Saint Jean caractérise cette île, entouré de ses maisons blanches blotties à ses pieds
.

14 juillet

PATMOS

Cocorico ! Tous les coqs de Patmos se sont donné le mot et clament notre 14 juillet. La ville est pleine de charme. Une nouvelle escapade en scooter se prépare.

Pas de photo de coq à vous proposer, la vedette, aujourd'hui, est un chat grec.

13 juillet

Toujours dans la crique, force 8 annoncé en mer. Un petit calcul : lorsque nous sommes arrivés, il y avait 20 noeuds dehors et pas de vent dans la crique. Aujourd'hui, il ya entre 25 et 30 Noeuds dans la crique !!! Combien doit-il y avoir dehors ???

Statistiques : depuis Corinthes, 11 jours de Meltem, 11 jours de calme et 8 jours de Meltem.

Le 11 juillet PATMOS

La masse de vent qui arrive du Nord Ouest est impressionnante depuis que le Meltem s'est réveillé. Il ne va plus leur en rester, là haut et il y en aura trop en bas !!! En attendant, il souffle sans discontinuer et il va se renforcer pendant encore plusieurs jours. Aujourd'hui tout de même, première matinée accalmie. Vite, le plein d'eau et direction Patmos, l'île sacrée - seins nus pas toujours très bien vus ( !!!). Logos se régale. C'est vraiment une mer pour voiliers. Nous sommes bien mouillés avec deux ancres dans une crique superbe et pas malheureux !!!

du 5 au 11 juillet

SAMOS, et, en particulier, le port de Pythagorion ... où il est fortement question du carré de l'hypothénuse (A2+B2=C2). Nous avons quitté provisoirement la Turquie pour faire escale à Samos (Surtout ne pas s'en vanter auprès des grecs!), profiter d'une superbe crique, du port de Pythagorion et attendre la fin (!!!) du coup de Meltem en louant un scooter pendant trois jours pour visiter l'île. 350 Km de routes et pistes. C'est encore l'aventure et les nombreux scooters loués qui parcourent l'île ont tous le sentiment de découvrir un pays très sauvage dans des conditions un peu spéciales quant à l'état des routes. La DDE grecque a encore bien du travail qui passerait en préalable par une planification rationnelle. Mais, si les routes étaient correctes, où serait l'exploit? Il est tout de même moins aventureux de louer un 4x4 pour parcourir les pistes très pittoresques.

Le port de Pythagorion est très vivant, orienté vers le tourisme. L'accueil des bateaux est très restreint et les chaînes d'ancre s'emmèlent vite. Après un essai infructueux, nous sommes allés à la marina en construction. Elle va être superbe ... et chère. Pour le moment, c'est gratuit mais très excentré. Une belle escale.